I think of perception as a mental grammar and reality as a specific syntax. Thus, phenomena are perceived by the mind. When the mind interprets the perception the resulting apparitions are emotionally appreciated as “reality”. To illustrate this process a random constellation or cloud formation may be perceived and interpreted as a lion or water carrier. To enrich this interpretation, significance is added artificially and arbitrarily. Bingo, we have astrology.

Using the same process, significance such as aesthetics or desirability versus repulsiveness can be seen as contrived significance. This is all curious and perhaps interesting except for the fact that such mental constructions often end in psychological or physical pain. For instance, we arbitrarily attach value to what we see as male versus female, tall versus short, beautiful versus homely or even ugly, friend versus foe.

Ultimately, whatever one perceives is a mental construction. What is created can just as easily be reformulated so as to reduce pain. So, let’s try to do this and just get along. Right?

Je considère la perception comme une grammaire mentale et la réalité comme une syntaxe spécifique. Ainsi, les phénomènes sont perçus par l'esprit. Lorsque l'esprit interprète la perception, les apparitions qui en résultent sont émotionnellement appréciées comme « réalité ». Pour illustrer ce processus, une constellation aléatoire ou une formation nuageuse peut être perçue et interprétée comme un lion ou un porteur d'eau. Pour enrichir cette interprétation, une signification est ajoutée artificiellement et arbitrairement. Bingo, nous avons l'astrologie.
En utilisant le même processus, la signification telle que l'esthétique ou la désirabilité par rapport au caractère répulsif peut être considérée comme une signification artificielle. Tout cela est curieux et peut-être intéressant, sauf que de telles constructions mentales se terminent souvent par une douleur psychologique ou physique. Par exemple, nous attachons arbitrairement de la valeur à ce que nous considérons comme homme contre femme, grand contre petit, beau contre simple ou même laid, ami contre ennemi.
En fin de compte, tout ce que l'on perçoit est une construction mentale. Ce qui est créé peut tout aussi bien être reformulé afin de réduire la douleur. Alors, essayons de le faire et de s'entendre. Vrai?

Publishing